Découvrez nos artistes

Une brève présentation des artistes talentueux
qui ont collaboré et exposé à EXIB jusqu’à présent.

M.Morice

Artiste graphiste

Pignard Benoît, (alias M.Morice)

Artiste pluridisciplinaire basé à Lyon, et en résidence à Superposition, je m’inspire des différentes cultures du monde et de mon territoire auquel je reste très attaché pour sortir un travail coloré. Avec le blaze de M.Morice, on est un peu plus dans le vrai, dans la contemplation aussi ! Ça fait battre le coeur, ça pique.

Phillipine Bro

Marchande de tapis

Je m’appelle Philippine j’ai 24 ans, je suis illustratrice. Il y a un un an je me suis lancée un défi : apprendre un nouveau métier en autodidacte !
Je suis créatrice et designeuse de tapis tuftés à la main.

*Mais c’est quoi le tufting ?
Une technique de tissage artisanale qui consiste à insérer la laine sur une toile tendue à l’aide d’une machine à tufter. Cette méthode permet de réaliser des tapis tout douillets, de jouer avec les textures, les couleurs et les formes.

Je suis passionnée par les couleurs, l’architecture, la nature et les années 1980.
J’ai toujours un oeil qui traine et à l’affût de nouvelles choses à explorer.
J’ai effectué mes études dans le web et le marketing et il y a maintenant 1 an j’ai décidé de me lancer dans la grande aventure de l’entrepreunariat à temps plein !
J’ai toujours cherché une manière de m’exprimer que ce soit dans le sport, dans la musique ou bien dans la peinture.
Etant très curieuse j’ai pu explorer de nombreux domaines dans chacune de ces activités.

Fouch

Artiste sculpteur & tatoueur

C’est en 2018, suite à un accident de scooter qui l’immobilise plusieurs mois, que Fouch décide de se consacrer pleinement à l’art, animé par le besoin absolu de créer. En 2019 et 2020, il passe plusieurs mois dans la région du Cap en Afrique du Sud. Cape Town, ville d’art, est une explosion de couleurs : elle sera très importante dans sa démarche. Au besoin de créer s’ajoute celui de partager son travail, de susciter l’émotion chez l’autre.

Le travail de la ligne est central dans la création de Fouch. Son tracé voluptueux laisse la part belle à l’élan, au mouvement, il vient habiller le vide, faisant naitre un portrait, une silhouette, tout en lui laissant de la place.

Danaël Valbert

Artiste inventeur

Danaël né en 1991 d’une mère marionnettiste et d’un père dessinateur de dessin animé. Dans ce chaudron bouillonnant de créativité, il se passionne pour l’origine du mouvement. Ayant passé son enfance entre spectacle et studio d’animation, il rêve de devenir un inventeur à la Leonard de Vinci.
Au collège il planifie ses études: "je vais commencer par le maniement des quatre éléments. Ensuite, il faut que j’apprenne la théorie et la pratique des arts plastiques.
Et enfin je dois voyager pour découvrir les pratiques et techniques artistiques des autres continents. "

Danaël suivit donc le chemin qu’il avait choisi. Il commença par un CAP en ferronnerie d’art pour le feu, suivi d’un CAP d’ébénisterie d’art pour l’eau, ensuite un CAP de souffleur de verre pour l’air. Puis il passa une année à Limoges pour apprendre la céramique et la porcelaine pour la terre.
Il fut admis aux Beaux Arts d’Aix en Provence où il passa cinq années dans l’atelier Mécatronique à apprendre la mécanique, la robotique et la programmation.
En essayant de mêler savoir artisanal et nouvelle technologie, il écrit un mémoire sur les questions d’effondrement et de changement climatique.

A sa sortie d’école fin 2019, il commence une résidence à l'Observatoire de Haute Provence à laquelle la crise du covid met fin, ainsi qu’au projet de voyages sur d’autres continents pour le moment.
Il vit et travaille dans son atelier à Lyon, où il continue ses recherches sur ses inventions : son instrument de musique le "Chefe" qui reprend les gestes du chef Kebabier, ainsi que des simulateurs d’extérieur pour plante en pot.

Ses recherches s’orientent vers le Low Tech, la mécanisation de la nature, le virtuel et le réel, le geste ainsi que l’ombre et la lumière. La nature et la technologie semblent être les principaux thèmes de ses créations.
Ne sachant pas ce qu’il recherche, il continue sa quête, voyageant dans les eaux troubles de l’imaginaire.

SLip

Collage numérique

Ses collages aux couleurs pastel attirent l’œil. C’est en s’approchant de plus près que l’on réalise que leur intérêt dépasse celui de l’esthétique et que bien des messages s’y cachent. SLip ironise (à la lecture de son blaze, nous aurions dû nous en douter) le monde et ses actualités avec une douceur sarcastique qui lui est propre et nous arrache des sourires entendus. Celui qui se présente sur les réseaux sous l’apparence de son personnage fétiche – un lion nommé Léon Grellutch qui lui vaut de voir son travail disponible dans le store du Guggenheim Museum Store de New-York – dénonce sans en avoir l’air une société parfois sans queue ni tête.
Pauline Remillieux (Beware)

Fouapa

Artiste macabre

Né en 1987, Fouapa s'amuse depuis 2015 à explorer la vanité humaine. Autodidacte, il a d’abord travaillé dans la publicité avant de se lancer dans une carrière artistique.
Fasciné depuis toujours par la puissance évocatrice de la mort, il fait de l'esthétique macabre son terrain de jeu avec une patte unique : le « pop macabre ».
Son univers, fait de planches anatomiques revisitées et de vanités colorées, nous invite à voir la mort différemment. Avec Fouapa, la mort n’est plus sombre et triste mais joyeuse, absurde et magnétique.
Fouapa déploie depuis fin 2020 sur les murs de Lyon après plusieurs expositions à Paris et dans sa région, ainsi que de nombreuses collaborations avec des marques comme Citadium, Playstation ou encore Nike.

Bleg

Dessin automatique

Né en 1995, Bleg est un artiste peintre et dessinateur autodidacte.
Ingénieur et architecte de formation, il se lance en 2018 dans la création artistique.
Très influencé par les peintres modernes du XXe siècle ainsi que le surréalisme et le street art, Bleg est partisan du laisser aller dans son travail. Il se lance sur ses supports sans aucuns croquis ou esquisses, découvrant les créations à mesures qu’elles se tracent.
Littéralement obsédé par la ligne, et le dessin automatique, il s’est forgé un univers très graphique et symbolique en travaillant sur la représentation simplifiée de personnage entre l’humain et le monstre. A force de simplification, ses créations se retrouvent parfois aux frontières de l’abstraction, laissant libre court à l’interprétation du public sur les histoires racontées par ses lignes.

Elpom Ceramics

Artiste céramiste

Virginie Pommel aka ELPOM, artiste céramiste.
Née en 1979 à Strasbourg, elle vit et travaille à Lyon.

A la frontière de l'art et du design, Elpom capte l'instant présent dans ses objets.

Ingénieure devenue artiste, elle oscille entre une approche scientifique d'expérimentation et un lâcher-prise avec la matière.

Le dialogue de ses mains avec l'argile est guidé par la volonté de raconter une histoire. Elle prend forme et s'étoffe au fil des pièces d'un même corpus. Des vases, des coupes, des tableaux céramiques, des volumes, des contenants. Des pièces organiques qui donnent une forme physique à un cheminement intérieur et à une sérénité retrouvée.

Les histoires d'Elpom nous touchent par leur sensibilité et leur universalité. Elles nous parlent d’éprouver sa résilience, de retourner à la conscience de la nature et de la matière.

Après une longue expatriation en Allemagne, Virginie Pommel installe en 2020 à Lyon son atelier de céramique Elpom Ceramics Studio, lieu de partage, de transmission et de création autour de la matière argile.
Elle participe aux expositions internationales 1000VASES, dédiées à l’objet vase, en 2020 à Paris à la Galerie Joseph et en 2021 à Milan, pendant la Milan Design Week.

Atelier Elpom Ceramics | 25 rue Pasteur, Lyon 7

Mara Tchouhadjian

Artiste plasticienne

Sensibilisée dès ses premières dents à la création, Mara Tchouhadjian grandit dans un milieu multiculturel. Elle se forme aux dessins, aux collages, à la fresque, à la danse comme aux arts du cirque avec la Compagnie de théâtre de rue « Naphtaline » dans le Gard. Elle développe, jeune, un travail sur le masque. Marquée par ses origines culturelles Arménienne et Ibérique, elle conçoit une œuvre sur le rituel et la performance comme l’expression renouvelée de points de vue sur soi-même.

Reçue aux Beaux Arts de Rouen, elle étend sa pratique aux textiles, à la sculpture (terre et autres matieriaux) et commence en parallèle la création de ses premiers tableaux vivants. Chez Mara, l’art permet la création d’un objet, qui s’inscrit dans des ritualisations et devient proprement magique, capable de sortir le spectateur du temps et de l’espace.
En parallèle de ses études aux Beaux Arts, elle devient assistante d’une artiste dans un atelier à Paris. Elle complète lors de ces années son apprentissage technique, apprend la couleur, l’acidité du papier, la trame, le fond ou encore le moulage.

En résidence à Shanghai, elle s'associe avec Tina Schwizgebel. Elles cherchent ensemble à créer des propositions où il est impossible de distinguer la créatrice… Leurs fresques, dessins, textiles, tatouages à quatre mains questionnent les points de vues et deviennent des œuvres métisses.

Ses masques sont présentés dans le n°53 du Self Service Magazine.
Aujourd’hui, les travaux de Mara sont visibles en Suisse (Fesse Festival), à Lyon (Exib), sur son site web et Instagram (liens ci-dessous).

Alfredo Piola

Photographe

Born in 1976 in Caracas, Venezuela, Alfredo studied architecture for four years, before moving to Europe in 2001. Concentrating on his primary passion for photography, he enrolled in a class in Photography and Multimedia at a university in Paris.

Alfredo's work has been published in various magazines : Le Monde d'Hermès, Vogue Paris, W Magazine, the New York Times Style, Another Magazine, Holiday...

Alfredo instinctively captures the most expressive moments, as his curious eye sees a parallel atmosphere of our daily life.
His complete freedom without any judgement provokes pureness : every instant becomes an intriguing document of our surrounding.

Magazines:

Acne Magazine, AnOther Magazine, Arena Homme +, Air France Magazine, Holiday, Le Monde, Le Monde d'Hermès, Muse, The New York Times Style, T Magazine, V Man, Vogue Japan, Vogue Paris, W Magazine

Clients:

AMI Paris, A.P.C., Bottega Veneta, Chanel, Dior, Fenty, Hermès, Jacquemus, Loro Piana, MSGM, Nike, Revlon, SportMax, Uniqlo, Yves Saint Laurent

Monsieur Caramel

Artiste Pâtissier

" Venu étudier les Arts Plastiques à Paris, j’ai découvert l’esthétique et le goût raffiné de la pâtisserie française. Ses différents aspects qui allient le Beau et le Bon m’ont attiré pour en faire mon métier.
Je change donc d’orientation et m’inscris en master classe à l'École LENÔTRE en 2008.
Ma formation terminée, je commence à travailler à La Table de Joël Robuchon, spécialisé en desserts à l’assiette. Les trois années de travail sur les desserts m’ont donné envie de me perfectionner au sein de deux autres grandes maisons.

En 2015, la galerie Rue Française me propose d’ouvrir mon salon de thé éphémère dans son espace, accédant ainsi à mon désir de travailler en free-lance et me permettant d’approfondir ma dimension artistique. À cette époque, je distribue des caramels aux gens qui passent à la galerie d’où mon surnom : “Monsieur Caramel”
En janvier 2017, j’ouvre ma première boutique et salon de thé au 79, rue Duhesme dans un quartier de Montmartre où règne encore une vie de quartier, ce qui est aujourd’hui rare.

Dans un bar de mon dorénavant quartier, je suis tombé sur une phrase qui est devenu ma philosophie. Elle a été écrite par un agent de voyage de Montmartre dans les années 70 – un homme apparemment extraordinaire."

« Dans cette guerre économique le plus fort n’est pratiquement jamais le meilleur, mais le plus habile ou le moins scrupuleux, il ne nous reste qu’un luxe et c’est celui des relations humaines –Simon-»

Béatrice Coron

Artiste découpeuse

Spécialiste des histoires visuelles découpées, Béatrice Coron raconte et crée des livres d’artistes, installations et de l’art public.
Née en France en 1956 elle est passée brièvement aux Beaux-Arts et à l'université Lyon III avant d’expérimenter de nombreux petits boulots (bergère, camioneuse). Elle a ensuite vécu et travaillé en Egypte, Mexique et Chine avant de s’installer à New York. Ses découpes sont réalisées en tyvek, papier, verre ou métal du petit au monumental.

Par le découpage le dessin se libère de son support et peut devenir fenêtre, donnant un choix: regarder la surface, ou par les trous un ailleurs. Le jeu des ombres, et le fait de lire soit les pleins soit les vides présentent des mondes miniatures comme autant de métaphores de notre perception de la réalité. L’histoire elle même est laissée à l’imagination de chacun.

Ses oeuvres sont collectionnées dans de nombreuses collections et lieux publics dont le Metropolitan Museum à New York, Le Getty à Los Angeles, et le Walker à Minneapolis.
Regardez son histoire aux multiple facettes sur http://www.ted.com/talks/beatrice_coron_stories_cut_from_paper